Mouchoir illustré – Guerre de Crimée – Victoire de l’Alma 20 septembre 1854

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Description

Mouchoir illustré gravé par l’atelier Buquet imprimé chez Lamy-Godard Rouen 1854.

Guerre de Crimée – Victoire de l’Alma remportée sur les russes par les armées alliées le 20 septembre 1854

Grand mouchoir en coton imprimé 84 X 66 cm environ. Epoque Second Empire.

B.E – Usures d’usage, petits trous et petites taches

 

Le Musée des Traditions et Arts Normands – château de Martainville possède une importante collection de
mouchoirs de cou qu’il doit à la générosité de la famille Buquet, qui en 2001, fit don au musée de l’intégralité
des archives de l’entreprise familiale. Des dessins préparatoires, des calques, coupures de presse,
lithographies et gravures, échantillons textiles, journaux d’atelier et mouchoirs de cou composent cette
exceptionnelle donation qui offre une vue d’ensemble sur la vie d’un atelier artisanal au XIXe siècle.
Le mouchoir de cou est un carré de tissu de coton d’environ 65 cm sur 80 cm, constitué d’une scène centrale
rehaussée d’un entourage rouge. Le mouchoir illustré fait partie du costume populaire des Normands. Il se
porte en fichu pour les femmes et en cravate nouée autour du cou pour les hommes.
Grâce à quelques années d’’expérience acquises chez son oncle Louis-Nicolas Goutan, indienneur à Lyons-la-
Forêt, Alexandre Buquet (1801-1846) fonde à Rouen vers 1840 un atelier de gravure sur cuivre. L’atelier se
spécialise dans la gravure de rouleaux et de planches de cuivre pour l’impression des toiles imprimées et des
mouchoirs de cou. L’atelier travaille pour des imprimeurs aussi appelés indienneurs comme Bataille, Lamy-
Godard et Renault qui passent commande des motifs auprès de l’atelier. Le graveur travaille ensuite à
l’élaboration d’un dessin, qui une fois validé par l’indienneur est gravé sur des plaques de cuivre pour les mouchoirs et sur des rouleaux pour les toiles imprimées.
L’organisation du travail dans l’atelier est particulièrement bien connue à partir de 1855 grâce à une source
d’informations exceptionnelle : les carnets d’atelier. Ces carnets, tenus quotidiennement par Narcisse-Alexandre (fils d’Alexandre Buquet) de 1855 à 1885, donne l’emploi du temps de chaque employé, le nom des mouchoirs commandés, les sommes réglées par les indienneurs pour les gravures.
Pour en savoir plus : https://merrysquare.com/blog/post/9-merrysquare-la-gazette-mouchoirs-rouen

Questions and answers of the customers

There are no questions yet, be the first to ask something for this product.

error: Content is protected !!

Pin It on Pinterest